Alors que l'Equipe de France a déjà validé son billet pour les huitièmes de finale du Mondial, Arsène Wenger a dressé un premier bilan après les deux succès des Bleus. 


Qualifiée pour les huitièmes de finale du Mondial, la France l'est déjà. Mais après les deux premiers matches victorieux disputés par les hommes de Didier Deschamps, bien difficile pourtant d'êtrentièrement rassuré par le jeu proposé par Paul Pogba et ses coéquipiers. Clairement, les Bleus vont devoir élever leur niveau de jeu pour la suite de la compétition.

Et pourquoi pas commencer dès mardi, face au Danemark ? Car Noël Le Graët a été plutôt clair à ce sujet : l'objectif fixé est d'atteindre les demi-finales de la compétition. Un défi de taille attend donc le onze du Coq, que, d'après Arsène Wenger, vont pouvoir relever les Tricolores

Interrogé dans les colonnes du JDD sur le chances de la France dans la Coupe du Monde, l'ancien coach d'Arsenal n'a pas hésité à se montrer critique, même s'il reste optimiste pour la suite. Morceaux choisis.


"​Je pense qu'il nfaut pas apprécier la qualification sans considérer le style. Non, il faut tout regarder. Il n'y a pas de raison de cacher les choses. Les joueurs eux-mêmes les analysent très bien. Ils manquaient de rythme collectif contre l'Australie et étaient déséquilibrés dans leur structure.

Ils en ont discuté et Didier Deschamps a bien rééquilibré l'équipe contre le Pérou. De l'extérieur, on a encore l'impression que ça joue avec le frein à main, mais c'est peut-être logique. Ils n'ont pas un groupe très difficile, ils ont la pression de devoir en sortir sans mal. On a une marge de progression et on a au moins l'esprit libéré.

On s'attend quand même à avoir plus le ballon. À ce niveau-là, il y a de la frustration. À la récupération du ballon, il n'y avait pas assez de disponibilité et on l'a très vite perdu. On a eu de la chance de ne pas jouer contre une nation ayant plus d'attaquants de valeur. Si ton idée ne marche pas, il ne faut pas s'obstiner. Il a bien fait de changer. À la base, on a minimisé et peut-être lui aussi d'ailleurs, le niveau d'expérience.

Les retours de Giroud et Matuidi ont donc beaucoup apporté. Mais cette jeunesse peut être problématique, il n'y a qu'à analyser l'âge moyen des équipes qui ont remporté la Coupe du monde. Mais notre appétit va grandir très vite. L'équipe affiche une belle solidarité, et on sera plus à l'aise contre des équipes très techniques qui arrivent à faire le jeu. Rentrer dans le dernier carré, c'est l'objectif, car on a un potentiel extraordinaire pour des contre-attaques explosives".


Reste à savoir si le manager alsacien aura vu juste pour la suite des événements....