Paris, ville lumière.


"Ces clauses sont impossibles à activer si l'on veut se conformer au fair-play financier", scandait Josep Maria Bartomeu, hier, au micro de l'agence de presse américaine Associated Press. Le président du Barça doutait fortement des capacités du PSG à payer les 222 M€ nécessaires à faire sauter la clause libératoire du brésilien. Mais Nasser Al-Khelaïfi a plus d'un tour dans son sac.


C'est le journaliste brésilien Marcelo Bechler - encore lui - , celui qui avait annoncé en premier que Neymar allait signer au PSG, qui a dévoilé le stratagème des parisiens pour acheter le joueur sans trop de dégâts. L'idée sortirait de la tête du directeur sportif, Antero Henrique.

Ce ne serait pas Paris qui paierait le transfert mais... Neymar lui-même. Le capitaine de la Seleçao dépenserait les 222 M€ de sa propre clause libératoire. Ensuite, il pourrait s'engager librement au PSG. Le club francilien lui rembourserait le tout grâce à des primes, des remboursements indirects et au droit à l'image. De plus, le père et agent du prodige récupérerait 40 M€ de commission. De cette manière, le fair-play financier est contourné. Habile.