Vaincu dimanche avec Manchester United, José Mourinho n'a pourtant pas perdu l'occasion de tacler Arsène Wenger et les supporters d'Arsenal au passage.


Ce dimanche était un grand jour pour Arsène Wenger. En effet, pour la première fois de sa carrière, le technicien d'Arsenal a enfin réussi à battre une équipe dirigée par son "ennemi juré", José Mourinho. San soute un détail pour le Français, qui a actuellement d'autres soucis en tête, mais une opération néanmoins primordiale pour ses Gunners, qui reviennent à deux longueurs de leur adversaire du soir, Manchester United (2-0).

Avec un match en retard à disputer, l'écurie londonienne peut donc espérer coiffer les Red Devils sur le fil, si elle réalise un parcours sans faute d'ici la fin de la saison de Premier League. De quoi motiver ses troupes pour le sprint final, sans doute en guise de baroud d'honneur.

Du grand "Mou"


De son côté, c'est un Special One loin d'être abattu, et toujours incisif dans ses déclarations, qui s'est présenté en conférence de presse d'après-match. L'occasion pour lui de se rappeler au bon souvenir de l'Alsacien, et des fans des Canonniers.


"​Les supporters d'Arsenal sont contents, et je suis content pour eux. C'est d'ailleurs la première fois que je quitte Highbury ou l'Emirates et qu'ils sont contents. C'est la première fois. Quand je quittais Highbury, ils pleuraient. Quand je quittais l'Emirates, ils pleuraient. Ils marchaient dans la rue, la tête basse. Et enfin, aujourd'hui, ils peuvent chanter, agiter leurs écharpes. C'est bien pour eux.

Vous pensez vraiment que ça me plaît de voir un grand club comme Arsenal ne jamais gagner de grands trophées ? Ça ne me fait pas plaisir. Arsène Wenger est un grand manager, donc avoir gagné autant de matchs face à lui n'est pas quelque chose de normalIl n'y a eu aucun problème entre nous. On s'est serré la main avant et après le match. Il y a une chose que je n'ai pas aimée, et que je n'aime jamais, c'est qu'il a mis trop de pression sur le quatrième arbitre. Comme à chaque fois."

​​