​Alors que l'Olympique lyonnais vient d'être crédité de trois points au classement après les incidents de Bastia, les Girondins de Bordeaux ont contesté cette décision.


Le 16 avril dernier, lors du déplacement de l'Olympique lyonnais à Bastia pour le compte de la 33e journée, de nombreux incidents avaient émaillé l'événement, que ce soit avant, pendant et après la rencontre, cette dernière ayant par ailleurs due être interrompue par le corps arbitral. Et jeudi, la commission de discipline de la Ligue de Football Professionnel qui statuait sur la question avait enfin pris sa décision.

Ainsi, l'institution avait décidé d'attribuer une victoire sur tapis vert aux hommes de Bruno Génésio, sans perte de goal-average pour l'écurie corse. En outre, le Sporting a aussi été condamné à trois matches à domicile disputés à huis clos et sur terrain neutre. Les pensionnaires de l'Île de Beauté en ont déjà joué un à Fos-sur-Mer contre le Stade Rennais (1-0) et devront donc recevoir les Merlus de Lorient, lors de la 37e journée, ainsi que leur premier adversaire à domicile la saison prochaine, dans les mêmes conditions. Finalement, les mesures prises ne vont arranger qu'un club : celui de Jean-Michel Aulas.

LE FCGB grand perdant


Toujours dans la course à la quatrième place du classement de Ligue 1, les Gones ont donc bénéficié d'un sacré coup de pouce grâce à cette décision. Et malgré une journée de retard à rattraper, par rapport à son poursuivant direct, l'OL possède déjà trois longueurs d'avance sur les Girondins de Bordeaux. Ceux dont ils viennent justement de bénéficier...

Hélas pour l'équipe aquitaine, un tel retard à deux actes du terme de l'exercice pourrait s'avérer insurmontable. Pourtant, le club au scapulaire ne devrait pas en rester là. Et c'est Nicolas de Tavernost lui même qui a décidé d'organiser la "révolte".


"J’ai demandé au club d’examiner tous les moyens de contestation de la décision de la Commission de Discipline de la Ligue. Bordeaux et les autres clubs ne peuvent être victimes d'une sanction pour des faits dont ils ne sont en rien responsables. J'ai observé récemment des envahissements de terrains qui n'ont pas donné lieu à des matches gagnés sur tapis vert".

​​