Toujours intéressé dans le recrutement de Steve Mandanda pour l'Olympique de Marseille, Andoni Zubizarreta pourrait finalement parvenir à ses fins dès le prochain mercato.


"Voir le club dans cette situation, ça me ronge un peu. Je n’étais pas venu ici pour ça. On vit une saison plus ou moins compliquée mais j’ai vraiment hâte de reprendre la compétition pour essayer d’aider mon équipe pour sortir de cette situation. En plus du changement de coach, il y a eu un nouvel entraîneur des gardiens. Le seul truc c’est que je n’ai aucune garantie. A moi de montrer à ce que je vaux. Je suis conscient que l’entraîneur qui était venu me chercher n’est plus le même. Les compteurs sont remis à zéro".


Fin février, c'est un Steve Mandanda fataliste qui évoquait sa situation actuelle à Crystal Palace. Blessé puis remplaçant, l'international français n'a plus joué pour son équipe depuis novembre dernier. Bien trop long pour un gardien qui prétend à une place avec l'Équipe de France. Cela tombe très bien, car ce poste de gardien, les Olympiens en ont fait l'une de leurs priorités à l'intersaison.

Andoni Zubizarreta, le nouveau directeur sportif de l'organigramme marseillais, a même placé le portier des Eagles en pôle position dans sa shortlist. Sondé à plusieurs reprises, l'international tricolore n'a jamais caché sa nostalgie de son époque passée sur la Côte d'Azur, et ses difficultés à s'adapter à sa nouvelle vie londonienne.

Retour inévitable ?


Une situation sur laquelle était aussi revenu Didier Deschamps, qui avait même choisi de ne pas convoquer son habituel numéro 2, lors des dernières échéances de l'Équipe de France.


"Il est dans une situation compliquée. Il y a eu d'abord sa blessure, puis avec le changement d’entraîneur. Je ne vais pas dire que je suis inquiet, mais tant qu’il ne joue pas... Je ferai des choix. On verra".

Une non-sélection qui a sans doute fait avoir le déclic final au principal concerné. Depuis, L'Équipe a même assuré que son come-back prochain était "en bonne voie". Il est vrai que si les deux parties sont d'accords, difficile de trouver une raison pour laquelle Steve Mandanda ne pourrait pas rentrer à la maison. Reste à savoir s'il est d'ores et déjà compté dans l'enveloppe de 100 millions d'euros dont disposera le dirigeant espagnol à l'intersaison. D'autant que les prétendants ne manquent pas.

​​