​De passage dans les studios de la chaîne officielle OLTV, Jean-Michel Aulas a fait le tour de l'actualité de l'Olympique Lyonnais, en revenant notamment sur un épisode du dernier mercato.


Actuellement dans une phase délicate, l'Olympique Lyonnais enchaîne les contre-performances en championnat et pointe à une petite 10e place de Ligue 1, seulement trois longueurs au dessus de la zone rouge. Méconnaissables depuis le début de saison ou presque, les hommes de Bruno Génésio ont connu une nouvelle défaite ce week-end, face à Guingamp, alors qu'ils menaient au score sur leur pelouse (1-3).

La troisième consécutive après leur revers sur le terrain de l'actuelle leader, à Nice (0-2), puis en Ligue des Champions contre la Juventus de Turin (0-1), au terme d'un match qui semblait pourtant à leur portée. 


Un bilan peu flatteur qui a poussé le président des Gones à prendre la parole sur le plateau de la chaîne officielle de son club, et de fixer ​les objectifs comptables de cette fin de phase aller. Avec un premier verdict à l'issue d'un périlleux déplacement à venir à Toulouse samedi après-midi.

Un mercato mitigé


Mais plus qu'un total de points glanés largement en dessous de ses espérances, Jean-Michel Aulas a également évoqué le mercato estival négocié par la direction technique rhodanienne. Sans pour autant complètement le remettre en cause, la méforme actuelle de plusieurs nouveaux venus pourrait en partie expliquer la mauvaise passe traversée.

Avec un Nicolas N'koulou loin d'être à leur meilleur niveau, un Maciej Rybus souvent à l'infirmerie et un Jean-Philippe Mateta pour ainsi dire jamais convoqué, tous les voyants ne sont pas au vert. Pourtant et fidèle à lui-même, "JMA" a défendu le bilan de son intersaison, en affichant néanmoins un seul regret.


"On a toujours des regrets. Mais je ne peux pas dire que le mercato a été mal fait. On avait à remplacer Samuel Umtiti et on est allé chercher l’un des plus grands espoirs argentins avec la conviction qu’Emanuel Mammana pouvait à moyen terme compenser ce départ. On a également récupéré Nicolas Nkoulou que l’on voulait faire venir depuis 4 ans et qui était demandé par plusieurs clubs italiens. On a réalisé un mercato qui a du sens même s’il faut laisser aux joueurs un peu plus de temps. Même Juninho a eu besoin de temps pour s’imposer à Lyon. Le seul vrai regret, c’est Roger Martinez, mais on est tombé face à un recrutement sino-italien qui a été plus fort que nous. Après, Hatem Ben Arfa a choisi Paris, ce n’est pas évident quand on voit sa réussite actuelle. Concernant Mario Balotelli, on n’a pas cherché à le faire venir, peut-être aurait-on dû. Mais la saison est encore longue, on fera les comptes à la fin”.

Ajoutez à cela un dossier Rachid Ghezzal devenu de plus en plus délicat à gérer, et les prochains semaines de l'OL s'annoncent d'ores et déjà comme déterminantes pour la suite des événements.

​​