​C'est officiel : le Paris Saint-Germain passe un nouveau cap dans son expansion avec une arrivée dans le monde montant de l'eSport. Les plans commencent à bien se dessiner, à très sérieusement se dévoiler même.


Sportivement, le PSG c'est quelque chose de solide. Avec son équipe de football, bien sûr, tant masculine que féminine, mais aussi de handball, où chez les hommes une petite armada bien sympathique s'est montée, depuis plusieurs années déjà.

E-sportivement, le PSG se lance tout juste, mais là encore, la solidité devrait être au rendez-vous. Alors que cette discipline à part entière, qui réunit des centaines de millions de fans sur la toile au travers des différents jeux qu'elle concerne, est en pleine explosion, le club francilien a décidé d'embrayer le pas afin d'affirmer encore un peu plus son implication dans le monde compétitif, quel qu'il soit, et, dans le même temps, sa notoriété, bien sûr.


Dans la semaine, une première annonce avait ainsi été faite : celle du rapprochement avec le groupe Webedia, maître de l'e-sport en France, notamment détenteur de Millenium, l'historique et toujours aujourd'hui plus grande section e-sportive multi-gaming de France. Mais les choses se sont accélérées, vitesse grand V, avant-hier.

Au Parc des Princes, une gigantesque conférence de presse a en effet été donnée ce jeudi pour présenter les traits de ce nouveau projet exceptionnel dans lequel compte se lancer Paris. Frédéric Longuépée, le directeur général adjoint du club, était présent, tout comme Nasser Al-Khelaifi, le président, qui s'est ainsi exprimé :


"Nous avons décidé de nous investir dans l’eSport et d’inscrire nos équipes sur deux des jeux les plus emblématiques du secteur. Cette décision entre dans la stratégie de développement du Club à l’international et dans notre projet de digitalisation. Pour le Paris Saint-Germain, c’est un moyen nouveau d’engager ses fans et d’en conquérir de nouveaux dans des territoires clés de développement. Nous avons de grandes ambitions pour les trois prochaines années. L'eSport est le futur de notre activité et de notre marque."

Dans un premier temps, c'est ainsi sur deux jeux différents que la structure va s'impliquer : FIFA, presque évidemment, et League of Legends, de manière très évidente là aussi. 


Alors qu'un championnat "semi-professionnel" français existe déjà, retransmis même sur la chaîne de télévision L'Equipe 21. Que la LFP a décidé de créer une sorte de championnat de France calqué sur la Ligue 1, où chacune des équipes devra en tout cas sélectionner des joueurs afin de les représenter dans un grand tournoi en fin de saison. Que les championnats du monde de ce jeu, deux par an (FIWC et ESWC), sont toujours aussi disputés depuis plus d'une décennie désormais. Le PSG ne pouvait décemment pas louper l'occasion de s'impliquer sur la meilleure simulation de football au monde.


Deux joueurs ont ainsi été officiellement recrutés : August "Agge" Rosenmeier, un joueur danois de 20 ans, double champion du monde (FIWC 2014 et ESWC 2015), et Lucas "Daxe" Cuillerier, jeune espoir tricolore âgé de 16 ans, ancien membre de la prestigieuse formation multi-gaming britannique Epsilon.

Mais la grosse acquisition du club vient de son auto-proclamé "Head of PSG eSports", une légende de l'eSport français, tout juste retraité de sa carrière de joueur pro, Bora "Yellowstar" Kim. Ce Monsieur possède en effet l'un des plus beaux palmarès au monde sur le jeu League of Legends en étant notamment multiple vainqueur des LCS (définissable comme Championnat du Monde) et tout simplement l'un des hommes les plus respectés de ce toujours méconnu milieu.


Yellowstar, outre sa fonction de directeur général de la section eSport, sera chargé de manager la team LoL (dont on ne connaît pas encore les membres), qui évoluera en Challenger Series (deuxième division) cette saison après le rachat de la place occupée jusqu'à présent par la Team Huma. Le PSG retrouvera notamment sur sa route Millenium, précédemment cité, mais également Schalke 04, le club de Bundesliga lui aussi très impliqué dans le jeu vidéo compétitif.

L'implication sur ce jeu PC méconnu du grand public n'a rien d'étonnant de la part de Paris, LoL étant en effet pharaoniquement populaire en Asie, qui est le marché principal que souhaite conquérir les Qataris prochainement, comme l'a très honnêtement expliqué Frédéric Longuépée:


"L'eSport est très populaire en Asie et plus particulièrement en Chine, nous voulons toucher cette nouvelle génération qui consomme différemment des autres. L'ambition est de parler à différents types de population."


Avec une croissance d’environ 10% par an, l'eSport pourrait atteindre le milliard d'euros de chiffre d'affaires en 2019. Et le PSG compte ainsi bien avoir sa pièce dans cette redoutable machine