Jean-Michel Aulas a coutume de montrer au front pour protéger les siens des balles qui fusent. Catalyser les critiques, lorsqu'il les estime justifiées, ne le gène en rien​. Mais hier soir, au sortir d'un match frustrant face à la Juventus, le président lyonnais a contre-attaqué de manière virulente. Et il s'en est pris aux médias hexagonaux, qu'il estime antagonistes à la cause lyonnaise.


Dans une conférence de presse surréaliste, le président rhodanien s'est montré satisfait de la performances de ses poulains. En dépit du résultat, il a refusé de s'alarmer sur l'impasse sportive que traverse l'OL actuellement.

Après avoir renouvelé sa confiance en son entraîneur, le dirigeant s'est ouvertement attaqué à L'Équipe. Si l'on se tient à ses propos, le quotidien sportif français aurait "souhaité" la défaite du septuple champion de France. Il pointe particulièrement du doigt un article sur Buffon qui aurait piqué l'égo du Juventini...


"Il n’y a pas d’inquiétude, si ce n’est la tristesse de voir qu’on n’est pas soutenu malgré les efforts colossaux que l’on fait."



En clair, JMA s'estime lésé par les journalistes français. Il les compare notamment aux journalistes étrangers, visiblement admiratifs du projet lyonnais et de son avancement. 


"J’aime bien entendre des compliments de la part de gens fair-play et honnêtes. Il y a de la tristesse de voir que nous ne sommes pas soutenus. Je retiens le mental de mes joueurs qui ne se laissent pas altérés par les commentaires. Le stade fait rêver les journalistes de la presse étrangère, j’espère que vous allez bientôt les rejoindre".


Critique généralisée


Plus généralement, c'est l'intégralité des médias sportifs français qui sont visés par ces déclarations fracassantes. 


« On a l’impression, quand on est en France, que les médias ne soutiennent pas les équipes françaises. Ce n’est pas qu’avec l’OL, c’est avec tous les clubs français. Je ne sais pas pourquoi, il y a probablement quelque chose à analyser, je vous invite à prendre en compte l’excellent match, le très beau stade, le merveilleux spectacle »


Jean-Michel Aulas critique donc ici le non-soutien des médias français pour les clubs français. Il n'est pourtant pas sans savoir que chaque journaliste est tenu à un devoir d'objectivité, et que ces même journalistes n'ont en aucun cas pour mission de flatter untel ou untel sans raison. 

Si l'adoption de ce genre de démarches protectrices est habituel chez Jean-Michel Aulas, le président lyonnais devrait peut être faire attention à ne pas entamer l'image son club, qu'il cherche tant à mettre à l'abri. 

​​