Ivan « Pichu » Cuellar est le portier du Spoting Gijon en Liga. Et il a, virulemment, réglé ses comptes avec l'un des journalistes présents lors d'une conférence de presse donnée hier, le tout sur un fond de malentendu...


Le métier de journaliste reste complexe, dans le sens où la diffusion de l'information doit, tout d'abord, rester au centre du travail, puis, ne pas être mal tournée. Lorsqu'un papier est rédigé et que celui-ci contient une news, il faut en effet s'assurer de la véracité de son propos et surtout de l'interprétation que l'on en fait.


C'est tout le souci qu'a dû affronter un journaliste sportif espagnol cette semaine, un homme qui suit le club de première division de La Corogne. Ce dernier, mandaté sur la rencontre opposant "son" club au Sporting Gijon, a ainsi assisté, très logiquement, à la descente du bus des joueurs visiteurs avant la rencontre. Et une scène particulière a retenu son attention.

Nous voyons ici Ivan « Pichu » Cuellar, gardien de but et capitaine de Gijon, fixer quelques secondes un ou peut-être plusieurs hommes dans le public, manifestement amassés devant lui. Et c'est là-dessus que les opinions divergent...


Pour le journaliste espagnol, ceci a en effet été interprété comme "un acte de provocation, d'un regard noir, envers les supporters du Depor". C'est ainsi qu'il s'est exprimé dans le quotidien local pour lequel il travaille et ses commentaires sont remontés aux oreilles de Cuellar, qui n'a pas du tout la même vision des faits. 

FBL-ESP-LIGA-BARCELONA-SPORTING

Le surnommé "Pichu", passé dans sa jeunesse par l'Atlético de Madrid, a en effet expliqué qu'il avait simplement été interpellé par un homme en pleine crise d’épilepsie. Ce qu'il a bien fait comprendre en conférence de presse, hier, au journaliste, qui n'aurait peut-être pas dû être présent :


"C’est ça le journalisme d’aujourd’hui. Ce que tu fais c’est écrire une information qui te sort des c........ Tu trouves ça bien de jouer avec la santé de quelqu’un ? Tu es journaliste et tu ne dis pas que quelqu’un faisait une crise d’épilepsie. Permets-moi de te dire que tu es un idiot, un fils de p...."

Le Sporting Gijon a depuis condamné, par un communiqué, son capitaine, dans les faits. La forme utilisée, la teneur des propos, a en effet été jugée inacceptable. Le fond, le droit de rectification de son joueur, a en revanche été soutenu. Assez logiquement.