C'est une affaire qui n'a pas fini de faire parler d'elle. Le Brexit (abréviation de "British Exit")​, référendum sur l'appartenance du Royaume-Uni à l'Union Européenne, s'est déroulé comme prévu le 23 juin 2016. Et le moins que l'on puisse dire, c'est que les conséquences sur le football anglais vont être impressionnantes.


51,9% des Britanniques veulent quitter l'UE !

Et oui, de justesse, le Royaume-Uni a décidé de quitter l'Union Européenne. Et si ce départ se concrétise, la Premier League se verra infliger plusieurs restrictions. 122 joueurs européens seront considérés comme extra-communautaires et devront quitter le pays sous certaines conditions.

Tout dépend du classement Fifa. Si un joueur fait partie d'une sélection présente dans le top 10 du classement, alors il devra avoir joué 30% des matchs de sa nation lors des deux dernières années. SI c'est le cas, il pourra obtenir librement le "permis de travail" sur le territoire britannique. Le pourcentage monte à 45% pour les pays classés de 11 à 20, 60% de 21 à 30 et 75% de 31 à 50.


Donc pour la France, qui est dix-septième au classement Fifa, on peut voir que quelques joueurs n'ont pas disputé 45% des matchs de l'Équipe de France. Notamment Anthony Martial, Eliaquim Mangala, Dimitri Payet ou N'Golo Kanté.


Des conséquences qui touchent aussi les autres championnats 

Il n'y a pas que la Premier League qui sera touchée par ce Brexit. En effet, si le Royaume-Uni ne fait plus partie de l'UE, alors tous les joueurs britanniques seront considérés comme extra-communautaires. 


Par exemple, le cas le plus brûlant est celui de Gareth Bale au Real Madrid. Les Madrilènes possèdent déjà le nombre maximum d'extra-communautaires dans leur effectif, avec James, Casemiro et Danilo. Dans ce cas, la Casa Blanca devra se séparer d'un de ses trois joueurs pour garder Bale. Et As nous rappelle également que la prolongation du contrat du Gallois jusqu'en 2023 pourrait donc être accélérée.


Ce Brexit pourrait donc changer le monde du football. La Premier League sera bien évidemment le centre des préoccupations, mais les extracommunautaires jouant dans les plus grands championnats européens seront également touchés. Reste à voir quand ce référendum pourra se concrétiser.


​​