​Karim Benzema est sorti du silence, et ce n'était peut-être pas le meilleur moment. Alors que les Bleus sont actuellement en Autriche pour un stage de préparation en vue de l'Euro, l'attaquant du Real Madrid est revenu dans un entretien accordé à Marca sur sa non-sélection pour la compétition et la déception qui l'anime de rater un tel événement. 


Il a également réglé ses comptes avec Mathieu Valbuena au sujet de l'histoire de la sextape et a adressé des mots très durs envers le sélectionneur de l'Équipe de France, Didier Deschamps. Extraits.


"Il ne faut pas être rancunier, il faut apprendre de ses erreurs, et, dans les moments compliqués, comme c’est le cas en ce moment, réfléchir. Pour le moment, je suis tranquille, concentré sur mon club avec lequel j'ai gagné le maximumLa France va se rendre compte qu'elle a été injuste avec moi. J'ai déjà subi le contrecoup de la Coupe du monde 2010, mais l'Euro, c'est encore plus dur. C'est l'une des plus grandes déceptions que j'ai eues, sans aucun doute. Mais bon, il faut se relever et j'espère aller le plus loin possible dans ma carrière. On me critique beaucoup en France, moi, ma famille, mon entourage, mais si j'étais une mauvaise personne, mal conseillée, je n'en serais pas là aujourd'hui. Cinq années à Lyon, sept à Madrid, à gagner des titres."

"Sur le plan sportif, j’avais ma place dans cette équipe. Après, on a inventé tout un tas d’histoires, mais c’est dur, bien sûr, à accepter, à oublier. La chance que j’ai eue, c’est que j’ai toujours senti le soutien du Real Madrid, à mes côtés. De plus, j’ai gagné la Champions League et j’ai un peu digéré", a-t-il indiqué avant de poursuivre. 


"On a inventé une règle : je ne suis pas sélectionnable. OK. Mais sur le plan sportif, je ne comprends pas pourquoi et sur le plan judiciaire, je n’ai pas été jugé, je n’ai pas été déclaré coupable, il faudra attendre le verdict de la justice"

"Deschamps a cédé sous la pression d'une partie raciste de la France. Il faut savoir qu'en France le parti d'extrême droite est arrivé au deuxième tour des dernières élections. Mais je ne sais pas si c'est une décision individuelle de Didier, car je m'entends bien avec lui, et avec le président. Je m'entends bien avec tout le monde", avant d’insister. 


"J’ai plus de 40 millions de fans sur les réseaux sociaux et on dit que les gens ne m’aiment pas. C’est ridicule. Il y a eu beaucoup de pression, c’est sûr, mais c’est aussi de la faute de certains journalistes qui ont sorti des choses à la télévision qui ne sont pas vraies". 


"Dans cette histoire, la seule personne qui sait ce qu'il s'est passé, qui connait la vérité, c'est Valbuena. Il a joué un rôle, il n'a pas dit la vérité, et tout vient de là. J'ai voulu l'aider, rien de plus, et l'histoire s'est retournée contre moi."


Pour autant, Benzema n'exclut pas un retour en Bleu à l'avenir. "S'ils me veulent, sans problème. J'aime le foot et jouer pour ma sélection.". Cela a au moins le mérite d'être clair. Pas sur néanmoins que cette bombe médiatique formulée à nos confrères espagnols ne laissent pas de sérieuses trace à seulement dix jours de l'Euro.