INSOLITE : Ces joueurs "stars" qui ne portent pas Louis van Gaal dans leur cœur

Suivant0 / 8

​Excentrique, spectaculaire, mime à ses heures perdues, Louis van Gaal est un homme à part dans "le football circus". Tacticien hors-pair, le Batave fait tout de même partie des meilleurs entraîneurs de sa génération et possède un palmarès aujourd'hui plus que fourni en tant qu'entraîneur de club.


Néanmoins, ses méthodes bien à lui ne lui ont pas toujours attiré la sympathie de ses joueurs, et c'est peu de le dire. Pertes et fracas sont ainsi à déplorer, comme l'atteste ce tour d'horizon des hommes qui ont plus que peu apprécié leur collaboration avec LvG.

Suivant0 / 8
Suivant1 / 8

8. Mark van Bommel

"Ce n’est pas facile de travailler avec lui. Il ne vous écoute que si vous avez de bons arguments à lui proposer."


Pas du genre à se laisser marcher dessus, le rugueux récupérateur a connu Louis van Gaal au Bayern Munich, entre 2009 et 2011. Avant de prendre le large, direction Milan AC.


Alors qu’il était jusque-là le capitaine de l’équipe, Van Bommel s’est vu retirer ce privilège par le coach néerlandais, ce dernier souhaitant "faire redescendre" le milieu de terrain et s’affirmer ainsi comme seul maître de l’équipe. Un choix mal vécu donc.

Suivant1 / 8
Suivant2 / 8

7. Robin van Persie

"J’ai demandé à aller jouer en réserve, afin que je puisse avoir des minutes de jeu. Mais après cela, on m’a remis sur le banc. L’atmosphère entre Louis et moi a changé, et le club l’a bien vu."


Alors que les deux hommes semblaient nourrir d’excellents rapports en sélection nationale, comme l’illustre le fort moment de complicité après la tête plongeante acrobatique mythique de l’attaquant néerlandais lors de la Coupe du Monde 2014, la relation a cédé.


Incapable de produire son meilleur jeu après l’arrivée du technicien batave, Van Persie a peu à peu été mis de côté à Manchester United avant de finalement quitter le club anglais pour Fenerbahçe.

Suivant2 / 8
Suivant3 / 8

6. Lúcio

​"Van Gaal m’a blessé plus que n’importe qui d’autre dans le monde du football."


Évincé du Bayern Munich en 2009, suite à l’arrivée de Van Gaal, après cinq années de bons et loyaux services, le défenseur central brésilien a lui aussi été très marqué par le passage de l'entraîneur venu des Pays-Bas.


Il a pu prendre sa revanche dès la saison qui a suivi son départ, en remportant la Ligue des Champions avec l’Inter Milan sur un affrontement final face… au Bayern Munich.

Suivant3 / 8
Suivant4 / 8

5. Franck Ribéry

​"C’est un homme mauvais. Nous avions de mauvaises relations humaines."


Malgré une première saison ensemble (2009-2010) très fructueuse avec un doublé coupe-championnat, le duo n’a pas vraiment performé au Bayern Munich puisque lors de la saison suivante, le Français s’est gravement blessé tandis que le Néerlandais s’est finalement fait limogé.


Le Kaiser et le Batave n’ont ainsi pas forgé une très grande amitié.

Suivant4 / 8
Suivant5 / 8

4. Luca Toni

"​La façon dont Van Gaal traitait les joueurs clés de l’équipe étaient indignes, humainement parlant."


Avec 58 buts et 25 passes décisives en deux saisons et demi passées au Bayern Munich, le globe-trotter italien a vécu les plus belles heures de sa carrière en Allemagne. L’aventure a pourtant terminée suite à l’arrivée au club de Louis van Gaal.


Lors d’un repas d’équipe, Toni, un peu trop "affalé sur son siège" au goût de son entraîneur, s’est fait dégagé de la table en se faisant… tiré par l’oreille ! Une méthode évidemment relativement acceptée par le géant buteur.

Suivant5 / 8
Suivant6 / 8

3. Zlatan Ibrahimović

​"Van Gaal était un cul pompeux. Il voulait faire son dictateur, sans l’ombre d’une lumière dans ses yeux."


Lorsque deux des plus grosses fortes têtes du football mondial se retrouve à travailler ensemble, forcément, c’est compliqué.


Alors directeur technique de l’Ajax (2003-2004), LvG avait ainsi ordonné à Ronald Koeman de laisser Zlatan sur le banc lors des matchs de championnat en deuxième partie de saison afin qu’il puisse rester frais pour la Ligue des Champions. Evidemment, cela n’a pas plu au caractériel suédois…

Suivant6 / 8
Suivant7 / 8

2. Hristo Stoitchkov

​"Je n’ai aucun respect pour Van Gaal, c’est une ordure."


Après un excellent premier passage au FC Barcelone (1990-1995), bonifié par un Callon d’Or, l’attaquant bulgare revient dans le club catalan pour une deuxième pige, en 1996. 


Un retour qui tournera au vinaigre avec à l’arrivée de Louis van Gaal, deux ans plus tard, tant le courant entre les deux hommes sera peu passé.

Suivant7 / 8
8 / 8

1. Giovanni

"​Van Gaal est le Hitler des joueurs brésiliens. Il est arrogant, fier et a un problème."


Attaquant brésilien du FC Barcelone entre 1996 et 1999, Giovanni a subi de plein fouet la nomination de Louis van Gaal au poste de l’entraîneur de l’équipe première, en 1997. Il est en effet passé du rôle de titulaire à celui de pantin, le terme n’étant pas si fort.


Un week-end, Van Gaal a ainsi forcé Giovanni à faire un déplacement pour un match jusqu’à Tenerife, lui annonçant à son arrivée qu’il ne faisait pas partie du groupe pour cette rencontre.

8 / 8