​Football et politique se croisent épisodiquement. Parfois pour le meilleur comme à l'époque de la "démocratie corinthiane" instaurée aux Corinthians de São Paulo au début des années 1980. Pour le pire quand l'Italien Paolo Di Canio adressait des saluts fascistes aux supporters de la Lazio Rome dans les années 1990.


Les joueurs maîtrisent désormais mieux leur communication et semblent à l'abri des dérapages. Cependant, l'instantanéité des réseaux sociaux peut jouer des tours. Kingsley Coman en a fait l'amère expérience.

Le jeune joueur du Bayern Munich a "liké" la photo d'un uniforme nazi postée sur le réseau social Instagram par Maff Derulo, un youtubeur à vocation comique.


On peut discuter du bon ou du mauvais goût de cette petite annonce parodique, si elle peut faire sourire en privé, l'affaire devient beaucoup plus délicate quand on joue dans le plus grand club allemand et qu'on est suivi par 371.000 abonnés sur Instagram.


Elle prend une tournure particulièrement désagréable quand on sait que l'Allemagne se tourne cette semaine vers les cérémonies d'hommage aux victimes de la Shoah à l'occasion du 71ème anniversaire de la libération du camp d'Auschwitz en Pologne. Un hasard aussi malheureux que ce "like".


Aussitôt, une pluie de tweets s'est abattue. Un tourbillon médiatique qui a propulsé le joueur francilien dans le peloton de tête des tendances sur Internet en Allemagne pendant près de deux heures.

Les mêmes questions revenaient inlassablement : Comment peut-il trouver ça drôle ? L'humour peut-il être historiquement incorrect ? Où se trouvent les frontières du bon goût ? Coman est-il un nazi ?


Beaucoup de Twittos disaient simplement leur indignation. Les mots qui revenaient le plus souvent étaient "bêtise", "naïveté", "ignorance". Des twittos proposaient même que le jeune homme suive des cours d'Histoire pour se mettre un peu de plomb dans la tête.

D'autres remarquaient avec ironie que les Allemands devraient donner des cours privés pour expliquer ce sur quoi on peut rire du nazisme et ce sur quoi il est choquant de rire.

D'autres relativisaient enfin en rappelant que l'ouverture d'un camp d'entraînement du Bayern au Qatar était davantage une insulte à l'histoire du club (qui doit beaucoup à la communauté juive de Bavière) que ce "like" malheureux.

Quoi qu'il en soit, c'est une polémique qui vient bêtement gâcher le titre de meilleur jeune joueur du monde décerné aujourd'hui à Kingsley Coman par la Gazetta dello sport.

Kingsley Coman est le meilleur U20 du monde peut-être, le plus mûr, pas encore.


Téléchargez notre appli pour recevoir des notifications sur votre équipe préférée