​Depuis le début de la saison, la défense marseillaise est pointée du doigt par les consultants, les journalistes et les supporters phocéens. Si Nicolas N'Koulou alterne entre le bon et le moins bon, ses deux autres compères de la charnière centrale, Rolando et Rekik, restent constant dans la médiocrité. 


Titulaire à 13 reprises depuis le coup d'envoi du championnat, l'international néerlandais (une sélection) n'a toujours pas convaincu et enchaîne, week-end après week-end, les prestations décevantes. Pour le moment, la déception est grande dans la mesure où Rekik a été acheté cet été pour cinq millions d'euros en provenance de Manchester City. Âgé de 21 ans, l'international néerlandais arrivait à Marseille avec un statut de grand espoir et n'a toujours pas confirmé son statut et son potentiel. 


Trop d'erreurs tactiques, techniques et physiques


Malgré ses prestations plus que moyennes, Michel n'a pas d'autres choix et préfère mettre Rekik plutôt que Rolando au côté de N'Koulou. En manque de confiance, Karim Rekik multiplie les erreurs de placement, manque ses interventions, se fait bouger dans les duels et laisse trop d'espaces dans son dos. Des manquements qui peuvent coûter cher à l'Olympique de Marseille s'il n'y a pas un bon Mandanda depuis le début de saison. En plus de ses difficultés dans le jeu, Karim Rekik traîne aussi des problèmes de vue et d'audition. 


En grosse difficulté, l'impatience commence à monter sur la Cannebière. Les dirigeants marseillais prospecteraient déjà pour trouver un nouveau défenseur central lors du mercato d'hiver et souhaiteraient enrôler Papy Djilobodji en prêt. Malgré tout, Rekik a récemment montré du mieux dans son jeu, notamment contre Rennes. Désormais, il faut se montrer régulier mais dans les bonnes performances et non dans les mauvaises.