Quelques heures après qu'il soit devenu le co-meilleur buteur de la sélection anglaise (49 buts, record de Bobby Charlton égalé), Wayne Rooney s'est épanché sur ses relations avec son ex-mentor, en l'occurrence Sir Alex Ferguson. Sans ambages, l'attaquant de Manchester United a avoué que ses relations avec le coach écossais n'étaient pas idylliques.

En 2013, les rapports entre Rooney et Sir Alex se sont sensiblement détériorés. Le point de rupture a été atteint quand "Fergie" a laissé son numéro 10 sur le banc de touche lors de la rencontre opposant Man United au Real Madrid en Ligue des Champions. Le fait que Robin Van Persie l'ait supplanté en pointe de l'attaque mancunienne était aussi un énorme affront pour Rooney. Cependant, a posteriori, ce-dernier préfère relativiser : 


"On avait des différends. C'est normal. Demandez à Roy Hodgson (actuel sélectionneur de l'Angleterre, ndlr), il a eu des différends avec d'autres joueurs. Ça fait partie du football. Je ne suis pas la seul personne qui a eu des différends avec Sir Alex Ferguson, mais je suis prêt à dire qu'il est le plus grand entraîneur de tout les temps. (...) Jusqu’à présent, je vois Sir Alex lors des jours de matches. Ce n'est pas qu'on ne s'aime pas. C'est juste qu'on avait des différends. C'est normal."


MUFC

Quelques jours plus tôt, c'est Sir Alex Ferguson lui-même qui a fait le panégyrique de Wayne Rooney après que ce-dernier ait égalé le record de Bobby Charlton :


"J'ai toujours aimé cette facette agressive de Roooney, surtout quand il fonce sur les défenseurs, les contourne. En plus, c'est un buteur. C'est son meilleur atout. Il vient de le prouver."



Un futur en suspens


Beaucoup d'observateurs pensent que l'Euro 2016 sera le dernier baroud d'honneur de Rooney avec l’équipe d'Angleterre, compte-tenu de son age avancé (il aura 30 ans en octobre). Mais l’intéressé refuse de fixer une date pour sa retraite internationale et préfère se focaliser sur les échéances immédiates :


"Je suis sûr que quand l'heure sonnera, je devrais écouter mon corps. L'autre soir, j'ai dit que je me sens capable d'aller en Russie (pour la Coupe du Monde 2018, ndlr). Après cette compétition, il sera alors temps de voir comment je me sens. Et si je sens que ma présence n'est pas positive pour la sélection anglaise ou pour moi, j'aurais alors un choix à faire. Ou peut-être que c'est le sélectionneur qui aura un choix à faire. "


Pour rappel, l'Angleterre est deja qualifiée pour le prochain tournoi continental. Sur le plan collectif, le match contre la Suisse (08/09) est donc sans grand enjeu. Mais sur le plan individuel, l'insatiable Wayne Rooney a l'occasion de devenir l'unique meilleur buteur des Three Lions. La défense helvète est donc prévenue.