Destins tragiques : Ces joueurs dont la carrière a brusquement basculé

Suivant0 / 17

​Nombreux sont les joueurs qui ont su trouver la stabilité et les ressources physiques leur permettant de rester au top tout au long de leur carrière. Condition physique aiguisée, cocon familial solide, bouclier anti-médias, entraînements poussés, tels sont les clés permettant de durer dans le monde du football.


Toutefois, certains joueurs - volontairement ou à leur insu - ne tiennent pas la dragée haute sur l'intégralité de leur carrière.


Voici un diaporama présentant les principaux joueurs dont la carrière a sombré du jour au lendemain, sans jamais redécoller. 

Suivant0 / 17
Suivant1 / 17

1. Lilian Thuram

​Champion du monde 1998 et champion d’Europe 2000, Lilian Thuram est le recordman des sélections en Équipe de France (142 capes). 


Ayant joué à Monaco, Parme, la Juventus Turin et le FC Barcelone, le défenseur axial s’est forgé l’un des plus beaux palmarès du football hexagonal. Et pourtant, le joueur a dû mettre un terme à sa carrière du jour au lendemain, à 38 ans.


Lors de la visite médicale préalable à sa signature au Paris Saint-Germain, une radio détecte une anomalie cardiaque héréditaire dans le système du Barcelonais. Triste fin de carrière pour l'un des plus grands défenseurs français de l'histoire.

Suivant1 / 17
Suivant2 / 17

2. Fernando Torres

Cette photo est très trompeuse. Fernando Torres n'a pas vécu pléthore de moments d'extase à Chelsea, bien qu'il y ait considérablement garni son palmarès.


Attaquant complet, rapide, doté d'une très bonne technique individuelle et d'un grand sens du but, Torres se révèle à l'Atlético Madrid, puis confirme avec Liverpool en devenant l'un des meilleurs attaquants au monde (3e du Ballon d'Or 2008).


Mais le 31 janvier 2011, sa carrière bascule. À la surprise générale, l'attaquant des Reds quitte son club en plein cœur de la saison pour rejoindre Chelsea contre la somme de 58,5 M€.


Début de la descente aux enfers pour El Niño ; entre blessures et perte de confiance, l'ancien de l'Atlético n'est plus que l'ombre de lui même. Avec 45 buts en 172 matchs avec les Blues, il figure parmi les plus grands flops de l'histoire de Chelsea.

Suivant2 / 17
Suivant3 / 17

3. Breno

​Au départ, Breno était un défenseur du Bayern Munich. Jeune, prometteur, marié et père de famille. Mais à l'image de sa maison, la carrière du Brésilien est partie en fumée un jour de septembre 2011. 


Souvent blessé et psychologiquement très fragile, il avait pris l’habitude de se gaver du cocktail alcool-médicaments. Dans un état second ce soir là, il a même reconnu lui-même être la source de l'incendie.


En juillet 2012, il est condamné à trois ans et neuf mois ferme de prison. Triste destin pour ce jeune homme.

Suivant3 / 17
Suivant4 / 17

4. Sebastian Deisler

Sebastian Deisler évoluait au Bayern Munich depuis 2002. Mais en cinq saisons en Bavière, il n’a disputé que 62 matches de Bundesliga (neuf buts), dont seulement quatre en 2006-2007. 


Très fragile au niveau du genou (cinq opérations) ainsi que sujet à d'importantes déprimes, l'international allemand décide de mettre un terme à sa carrière le 16 janvier 2007, à l’âge de 27 ans.


Ayant notamment mal digéré son transfert du Hertha Berlin vers le Bayern, des supporters berlinois l’ayant menacé de mort, la pression sur ses épaules était devenue trop forte. 


"J'étais le talent du siècle, le sauveur du football allemand, c'était trop pour moi et trop tôt. Je n'étais pas fait pour le foot business." 

Suivant4 / 17
Suivant5 / 17

5. Yoann Gourcuff

​Minée par les blessures, la carrière de Yoann Gourcuff aurait pu être brillante.


Si toute la France du football s'accorde à dire que l'ancien rennais a de l'or dans les pieds, la fragilité chronique dont a souffert le fils de Christian Gourcuff a brisé tous ses espoirs de réussite.


Additionnées à son transfert raté à Lyon, ses blessures ont littéralement coupé son élan.


Le 23 août 2010, jour de son départ de Bordeaux pour Lyon, marque le début de la fin de sa carrière. En cinq saisons sous le maillot des Gones, Gourcuff n'aura disputé de 90 matchs de Ligue 1 (seulement 23 dans leur intégralité) pour 14 buts.


Mais il aura surtout connu 15 blessures au cours de sa carrière lyonnaise, soit un total supérieur à son nombre de buts en Ligue 1 (!). 

Suivant5 / 17
Suivant6 / 17

6. Andy Carroll

​Son transfert à Liverpool ressemble de très près à l'escroquerie du siècle. Le 31 janvier 2011, après cinq ans sous les couleurs des Magpies, Andrew "Andy" Carroll est transféré à Liverpool pour plus de 40 millions d'euros, afin de succéder à Fernando Torres.


Après un an et demi et onze buts inscrits pour le club de la Mersey, les Reds se débarrassent de lui sous la forme d'un prêt à West Ham.


Joueur anglais le plus cher de l'histoire, le montant de son transfert reste - encore aujourd'hui - un réel mystère.

Suivant6 / 17
Suivant7 / 17

7. Ricardo Kaká

​Véritable duc à l'AC Milan avec qui il gagne la Champions League en 2007, Kaká décide de quitter son duché pour rejoindre le projet Galactiques 2.0 du Real deux ans plus tard, le 8 juin 2009 pour être précis.


Mauvaise décision pour le Brésilien, qui ne parviendra jamais à s'imposer durablement au sein de la Maison Blanche, et ce malgré quatre saisons passées à Madrid.


Le Ballon d'Or 2007, dont le parcours au Real se sera surtout résumé par des passages à l'infirmerie, sera rapidement remplacé par un Mesut Özil auteur d'une très grande Coupe du Monde en Afrique du Sud.


Aujourd'hui à Orlando, en MLS, Kaká conserve très certainement un goût d'inachevé concernant son passage en Espagne.

Suivant7 / 17
Suivant8 / 17

8. Alexandre Pato

C'est l'histoire de l'un des footballeurs les plus prometteurs de sa génération. Malheureusement, après des débuts aboutis sous le maillot du Milan AC, le destin de l'attaquant brésilien tournera au vinaigre.


Issu du Futsal brésilien, Alexandre Pato possède une grande qualité de dribbles, particulièrement en un contre un et bénéficie également d'une très grande vélocité.


Impressionnant chez les Rossoneri pendant quatre saisons, les blessures qui le hantent associées à l'arrivée d'Ibrahimović auront raison de lui. En chute libre depuis 2011, la carrière de Pato ressemble à un vaste gâchis.

Suivant8 / 17
Suivant9 / 17

9. Ronaldinho

​Précédemment passé par le Paris Saint-Germain, Ronaldinho aura été le magicien du Barça pendant cinq ans.


Auteur de 110 buts en 207 matchs avec le club catalan, le Brésilien est devenu l'idole de toute une génération. Dribbles chaloupés, passes fantasques, coups francs brossés, la palette du maestro est longue comme le bras.


Toutefois, le vainqueur du Mondial 2002, trahi par ses sorties nocturnes et par sa condition physique, verra sa carrière chuter à partir de la saison 2007-2008.

Suivant9 / 17
Suivant10 / 17

10. Michael Owen

​158 buts en 297 matchs entre 1997 et 2004 à Liverpool puis 66 buts en 185 matchs entre 2004 et 2013, une chute terrible pour l'attaquant anglais, symbolisée par un transfert raté au Real Madrid.


Tout d'abord barré par Ronaldo et Raúl, puis par Robinho et Júlio Baptista, le natif de Chester devra se contenter d'un rôle de supersub qu'il juge ingrat.


Transféré à Newcastle où il renait puis à Manchester où il coule à nouveau, Michael Owen ne parvient plus à exprimer ses qualités comme à l'époque de Liverpool. 


Fin de carrière en eau de boudin à Stoke City pour un joueur qui aurait pu illuminer le football des années 2000.

Suivant10 / 17
Suivant11 / 17

11. Abou Diaby

​"L'homme de verre". Blessé à 42 reprises entre 2006 et 2015, l'héritier de Patrick Vieira n'a pas eu la carrière qu'il méritait. 


Le couperet tombe pour la première fois le 1er mai 2006 lorsqu'il est victime d'un sévère tacle à la cheville qui l'éloigne des terrains pendant huit mois, le privant notamment de la finale de Champions League face au FC Barcelone et de l'Euro Espoirs 2006 au Portugal.


Bien que très talentueux, ses blessures handicapent pleinement son ascension avec les Gunners. En dépit de son affection pour son milieu de terrain, Arsène Wenger décide de ne pas prolonger son contrat à l'issu de la saison 2014-2015.


Aujourd'hui libre, il pourrait faire le bonheur du club qui lui saura accorder sa confiance, si toutefois son physique le lui permet.

Suivant11 / 17
Suivant12 / 17

12. Samuel Eto'o

​Samuel Eto'o aime l'argent et il ne s'en cache pas. Meilleur finisseur du début des années 2000, l'attaquant camerounais aura porté Majorque à lui tout seul, inscrivant la bagatelle de 70 buts en 164 matchs, avant de former avec Messi et Ronaldinho l'un des trios les plus prolifiques de l'histoire au Barça puis de décrocher un incroyable triplé avec l'Inter en 2010.


Le 19 août 2011, alors qu'il disposait encore de belles années devant lui, Samuel Eto'o a fait un choix fort très symbolique. En rejoignant l'Anji Makhatchkala, le Camerounais tirait un trait sur sa carrière au haut niveau à la faveur d'un contrat en béton armé.


Depuis son passage dans le Daguestan, le natif de Douala enchaîne les clubs sans toutefois trouver chaussure à son pied.  


Engagé depuis quelques jours avec le club turc d'Antalyaspor, il reformera avec Ronaldinho un duo qui avait fait des ravages en Liga.

Suivant12 / 17
Suivant13 / 17

13. Kevin-Prince Boateng

​Demi-frère de Jérôme Boateng, Kevin-Prince ne vit pas la même carrière que le défenseur de la MannschaftDifférents en tous points, ils n'ont d'identique que le nom. Si le talent du "Ghetto Kid" n'est pas à remettre en cause, son comportement, lui, est à pointer du doigt.


Joueur explosif sur et en dehors du pré, il est souvent blâmé pour ses dérapages comportementaux. Retraité de la sélection ghanéenne à 23 ans, il revient en 2013 dans l'optique de disputer le Mondial. Il s'illustrera au cours de la compétition, le 26 juin 2014, lors d'une bagarre avec l'un de ses coéquipiers, ce qui lui vaudra une exclusion du tournoi.


Récemment licencié du club allemand Schalke 04 pour d'obscures raisons, il déclarera suite à cela : "C’est un tir à la cible qui se commente tout seul. Je ne ferai pas la guerre en les médisant comme ils l’ont fait. Je ne me rabaisse pas au niveau de ceux qui répandent des rumeurs sur moi et les manipulent. Cela faisait deux ans que chaque problème retombait sur moi, et je n’ai jamais rien dit".

Suivant13 / 17
Suivant14 / 17

14. Robinho

​Grandiose techniquement à Santos puis au Real Madrid, l'idole de Neymar quitte brusquement l'Espagne pour l'Angleterre lors du dernier jour du mercato de l'été 2008. Première recrue d'envergure depuis le rachat des Skyblues, Robinho est cependant persuadé d'avoir rejoint Chelsea.


Après une saison, n'entrant plus dans les plans du nouvel entraîneur de City, Roberto Mancini, il retourne à Santos avant de signer à Milan. Aujourd'hui de nouveau à Santos suite à un passage mitigé en Italie, il pourrait désormais découvrir la Chine où officie Luiz Felipe Scolari.

Suivant14 / 17
Suivant15 / 17

15. Andreï Chevtchenko

​Tsar du Milan AC de 1999 à 2006, l'Ukrainien décide de rejoindre les Blues de son ami Abramovitch quelques semaines avant le début du Mondial allemand.


Échec total pour le natif de Dvirkivchtchyna, qui ne retrouve jamais la plénitude de ses sensations sur les terrains de Premier League. 77 matchs et 22 buts plus tard, il décide de revenir aux sources, premièrement à Milan puis au Dynamo Kiev.


Aujourd'hui détaché du monde du football, le Ballon d'Or 2014 s'est reconverti dans le monde de la politique.

Suivant15 / 17
Suivant16 / 17

16. Nicolas Anelka

​"Va te faire enculer, sale fils de pute !"


Tels sont les doux mots prononcés par le sulfureux Nicolas Anelka envers Raymond Domenech à Knysna, lors du Mondial Sud-Africain, le 19 juin 2010. 


Mais ce n'est pas le seul fait d'arme du natif du Chesnay. Instable en club (plus d'une dizaine d'équipes fréquentées), Anelka a également fait scandale plus récemment avec "l'affaire de la quenelle". Carrière tumultueuse pour un attaquant froid et assez fermé. Pour ne pas dire pitoyable.


Peu apprécié des français, il a décidé de s'isoler en Inde, au Mumbai FC, où il est devenu entraîneur - joueur.

Suivant16 / 17
17 / 17

17. Radamel Falcao

Last but not least, comme disent nos amis anglais, voici Radamel Falcao.


Fraichement transféré à Chelsea dans le cadre d'un prêt d'un an, le Colombien espère renaitre de ses cendres, à l'image d'un phœnix.


Amorphe l'an dernier à Manchester, "El Tigrou" - comme l'ont affectueusement surnommé certains journalistes français - ne s'est pas remis de sa blessure survenue lors du match de Coupe de France face à Chasselay, le 22 janvier 2014.


Complètement anesthésié à Manchester et lors de la Copa América, ce prêt ressemble fort à une dernière chance pour le meilleur buteur de l'histoire des Cafeteros.

17 / 17