Top 8 : les plus grandes catastrophes du Football !

Suivant0 / 8

Les joies fabuleuses et la notion d’unité que peuvent apporter le football sont une vitrine intemporelle dont le football pourra toujours se targuer.


Cependant les drames et les tragédies ne sont pas à exclure de ce prétendu monde chimérique.

A suivre, les grandes catastrophes de l'histoire du football

Suivant0 / 8
Suivant1 / 8

8. Drame du Heysel 1985 (Liverpool - Juventus Turin)

​Les finales de Ligue des Champions sont généralement un savant mélange de rêves et de magies footballistiques, mais ce 29 mai 1985, le rêve laisse place à l'effroi.


Tout devait être parfait, le stade du Heysel accueillait une finale de rêve entre Liverpool, le vainqueur sortant et la Juventus Turin, la meilleure équipe Italienne du moment.

Mais les problèmes récurrents du Hooliganisme en Angleterre ont resurgi, bien aidé par un système de contrôle très défaillant laissant entrer nombre de supporters sans billets.


Dans un stade surpeuplé, les "supporters" des Reds envahissent la tribune des tifosis Italiens. S'en suivent de nombreuses bousculades et une impossibilité de fuite due aux grilles.


Le bilan est très lourd 39 morts et plus de 600 blessés. Il y a eu des drames plus mortels mais celui-ci, a eu une portée très importante due à la médiatisation de l’événement.


Cette catastrophe a permis une prise de conscience importante en terme de sécurité des stades.

Suivant1 / 8
Suivant2 / 8

7. Tragédie de la porte 12 1968 (River Plate - Boca Juniors)

​La folie n'est jamais loin en jour de Superclásico, le mythique derby opposant les deux équipes les plus populaires d'Argentine.


Ce 23 juin 1968 est à marquer au fer rouge, plusieurs témoignages furent établis pour expliquer les causes du drame.

Plusieurs restent infondés mais "la Tragédie de la porte 12", comme elle a été nommée, semble être due à un mouvement de foule des supporters de Boca Juniors.

Cette marée humaine s'englua vers une sortie mais ne sachant pas que les portes étaient fermées de nombreuses personne furent écrasées et asphyxiées. 

Au total 71 supporters de Boca périrent, faisant également 150 blessés.


Cette catastrophe reste à ce jour la plus meurtrière d'Amérique du Sud.

Suivant2 / 8
Suivant3 / 8

6. Drame de Port Said 2012 (Al Masry - Al Ahly)

Ce match de championnat d’Égypte ​restait la dernière grande tragédie du monde du football.

À la suite d'une victoire de l'équipe local Al Ahly sur le score de 3-1, des groupes de supporters de l'équipe adverse affluent en nombre sur la pelouse.

S'en prenant d'abord aux joueurs, puis aux fans devant des forces de sécurité très vites dépassées. Ces violents affrontements firent 74 morts et 388 blessés.


De nombreuses réactions ont émané à la suite de ce match, comme celle de Ban Ki-moon le secrétaire général de l'ONU qui réclamait des "mesures appropriées" au gouvernement Égyptien.


Suivant3 / 8
Suivant4 / 8

5. "Tragédie du 16 octobre" 1996 (Guatemala - Costa Rica)

À priori ​rien ne devait rendre célèbre cette rencontre qualificative à la Coupe du monde 1998 entre le Guatemala et le Costa Rica.


Cependant, un surplus de supporters causé par la mise en vente de billets a permis à 50 000 supporters de pénétrer dans l'enceinte, pour un stade qui ne contient que 37 000 places.


Le drame s'est produit quand trop de supporters ont tenté d’accéder à l'estrade General sur, ce qui causa une avalanche humaine vers le bas des gradins où nombre de supporters finirent piétinés.

La mauvaise conception de l'Estadio Mateo Flores n'y est pas étrangère et engendra la mort de 84 personnes et 140 blessés.

Suivant4 / 8
Suivant5 / 8

4. Tragédie du stade Dasarath 1988 (Népal - Bangladesh)

​Cette tragédie est à mettre en grande partie à l'actif des conditions météorologiques.

Près de 30 000 personnes assistèrent au match entre ces deux sélections Asiatiques.


Pendant le match, la nature a dévoilé ce qu'elle avait de plus sanguinaire, des vents à plus de 120km/h qui balayaient le stade, ainsi qu'une pluie de grêle obligeant les spectateurs à quitter les tribunes pour se protéger.

Sur les huit portes du stades, une seule était ouverte ce qui provoqua la mort de 93 personnes ainsi que 100 blessés.

Suivant5 / 8
Suivant6 / 8

3. Tragédie de Hillsborough 1989 (Liverpool - Nottingham Forest)

​C'est la plus grande tragédie qu'ait connu le vieux continent dans une enceinte de football, pour cette demie-finale de Coupe d'Angleterre.


Encore une fois, ce sont les supporters de Liverpool qui sont concernés par le drame.

Pour contextualiser, suite au retard de nombreux supporters après de gros embouteillages, la police décide d'ouvrir une nouvelle entrée pour faire rentrer plus rapidement les retardataires.

Cette entrée mène les supporters vers une partie des gradins déjà pleines, ce qui engendre une énorme bousculade et les spectateurs déjà dans l'enceinte sont comprimés contre les grillages.

Cette gigantesque bousculade causa la mort de 96 personnes et plus de 766 personnes furent blessés.


Le hooliganisme qui sévissait à l'époque outre-Manche obligeait la mise en place de grillages autour du terrain, c'est cela qui a provoqué la mort de tous ces supporters.

La police a également été affublé de nombreuses critiques suite à l'ouverture d'une nouvelle entrée.

Suivant6 / 8
Suivant7 / 8

2. Tragédie du stade d'Accra 2001 (Hearts of Oak - l'Asante Kotoko)

​L'Afrique a encore une fois le droit à une journée de deuil, pour le plus grand drame de l'histoire du football Africain.


Pour la rencontre au sommet du championnat Ghanéen, des supporters de l'Asante Kotoko mécontent de la physionomie du match s'en prennent aux supporters de l'équipe adverse à l'aide de nombreux engins pyrotechniques, la police vite dépassée n'a rien pu faire.

Souhaitant quitter le stade les supporters s’entassent vers les portes fermées, ce qui provoque d'énormes bousculades.


Comme souvent dans ce classement, la principale cause de mort est l'asphyxie. 127 personnes périrent et 100 autres plus chanceuses s'en sont sorti avec des blessures.

Suivant7 / 8
8 / 8

1. Tragédie de l'Estadio Nacional 1964 (Pérou - Argentine)

​Ce match a la triste étiquette d'être le plus sanguinaire de l'histoire du football mondial.


Lors d'un match qualificatif pour les jeux Olympique de Tokyo entre le Pérou et l'Argentine une décision arbitrale va faire entrer ce match dans la grande légende du sport.


Après que l'arbitre ait refusé un but Péruvien pour une faute imaginaire, la frénésie a pris le pas sur le jeu.

Deux supporters en furie se dirigent alors vers l'arbitre pour acter leur incompréhension et sont violemment arrêtés par les policiers ce qui provoque dans les tribunes un déchaînement des supporters.

Les policiers tentant de disperser la foule grâce à leurs gaz lacrymogène, obligent les supporters à se diriger vers les sorties, mais encore et toujours elle sont fermées. 

A ce moment la, l'apocalypse n'est pas loin, bousculades monstres, supporters jetés à travers les tribunes, on a jamais vu et on ne reverra probablement jamais ça dans une enceinte sportive.


Les débordements continuent dans les rues de la ville, pillages et incendies sont orchestrés, on craint même à un coup d'état. 

Cette triste journée causa la mort de 318 personnes ainsi que 800 personnes blessés.


L'arbitre de la rencontre, celui par qui la frénésie a commencé, a eu ces mots "Si j’avais su que 300 personnes allaient mourir, j’aurais validé ce but et arrêté immédiatement l’arbitrage."

8 / 8