​Alors que la LFP réfléchit toujours à un nouveau calendrier, Eric Cantona s'est déclaré contre une reprise du championnat avec des matches à huis clos.


Le président Emmanuel Macron l'a répété lors de sa dernière intervention télévisée : "Les grands festivals et événements avec un public nombreux ne pourront se tenir au moins jusqu'à la mi-juillet" afin de poursuivre la lutte contre le coronavirus. Une annonce de taille, qui concerne bien évidemment le monde du ballon rond français, impacté par la pandémie depuis le 13 mars dernier.

Or, d'après plusieurs scénarios étudiés par la Ligue de Football Professionnel, le championnat de France pourrait ne reprendre dans les prochaines semaines - au mieux après le 11 mai - que si les clubs se décidaient à envisager des mesures de huis clos afin de répondre aux exigences gouvernementales.

Le King désapprouve


Une option possible, certes, mais qui déplaît fortement. Et si l'aspect financier rentre bien sûr en compte, celui du spectacle également. C'est d'ailleurs le critère le plus important pour un certain Eric Cantona. Interrogé sur RTL, l'ancien international français et légende de Manchester United s'est montré profondément défavorable à ce cas de figure.


"Ça me réjouirait si on pouvait reprendre le football comme il était avant. Si on reprend le 17 juin parce qu’il n’y a plus de problème pour personne, c’est bien. Mais reprendre le foot pour reprendre le foot devant personne, juste parce que les télévisions ont suspendu les paiements, c’est moyen, non? Il peut y avoir exactement le même enjeu, les mêmes joueurs, un match à huis clos ce n’est pas un match de football. L’énergie que les supporters dégagent, l’énergie qu’ils transmettent aux joueurs, ça transcende les joueurs

Vous avez vu les matchs de Coupe d’Europe à huis clos. C'étaient les mêmes matchs, le même enjeu, mais ce n’était pas les mêmes matchs. Il n’y a pas de passion. Les joueurs ont besoin de cette énergie. C’est comme au théâtre, jouer devant une salle vide ou pleine, ce n’est pas la même chose. On se sert de l’énergie des gens qui sont là. Elle nous porte, nous paralyse ou nous transcende. Mais dans tous les cas, ce n’est pas le même match."


Difficile de faire plus clair. Et si la reprise du championnat pouvait permettre aux clubs de nouveau toucher les droits TV, des huis clos imposés resteraient critiques pour leurs recettes liées à la billetterie.


  • Suivez-nous sur notre compte Instagram : @90min_fr