​Cette débacle n'a pas fini de faire parler, l'Italie, quadruple championne du monde, ne disputera pas le prochain Mondial qui se déroulera en Russie en juin prochain. Une surprise d'envergure mondiale, qui fait suite à son incapacité à venir à bout de la Suède en barrages. 


Une Coupe du Monde sans l'Italie, est-ce imaginable ? Depuis hier soir, la question ne se pose même plus. La réponse est oui. Confrontée à la Suède, la Squadra Azzura avait pourtant rendez-vous avec son destin à San Siro, mais elle s'est heurtée à un mur jaune, bien organisé et décidé à s'envoler pour la Russie dans quelques mois. 

​​Au match aller déjà, disputé il y a une semaine en terre suédoise, l'Italie s'était inclinée 1 à 0 alors qu'elle avait largement dominé les débats. Elle se devait donc d'inverser la tendance ce lundi 13 novembre, mais de nouveau, elle est restée muette (0-0), incapable de faire trembler les filets adverses sur l'ensemble de la double-confrontation... Tristesse. 

​Une déconvenue qui devrait plonger le football italien dans ses heures les plus sombres, alors que l'équipe nationale était déjà largement critiquée, habituée à se faire évincer rapidement des compétitions internationales depuis 2006.

​​Pourtant, jamais un niveau aussi faible n'avait été atteint, c'est en tout cas ce que pense Giorgio Chiellini, l'emblématique défenseur de l'équipe, qui accusait le coup, hier, face aux médias :


«Nous avons touché le fond. C'est le niveau le plus bas depuis longtemps. Nous allons avoir besoin du soutien inconditionnel des 80 000 supporters présents à San Siro et de tous les italiens car c'est le seul moyen de retrouver la vraie Italie. Après la pluie, vient le beau temps, c'est ce qu'on dit. Pour nous, les anciens, c'est un coup dur. Mais pour les plus jeunes, c'est l'occasion de faire preuve d'une belle unité positive pour le futur du foot italien, c'est tout ce qui compte. Pas seulement pour nous mais vous aussi, les médias, et tout le peuple italien»


​​