Suspecté d'avoir touché des avantages de la part de Nasser Al-Khelaïfi dans une affaire de droits télé, Jérôme Valcke s'est défendu ainsi que le président du Paris Saint-Germain.


​"Jérôme Valcke est soupçonné d’avoir accepté des avantages indus en lien avec l’octroi de droits média dans certains pays de la part d’un homme d’affaires dans le domaine des droits sportifs en ce qui concerne les Coupes du monde de football de la FIFA de 2018, 2022, 2026 et 2030 et de la part de Nasser Al-Khelaïfi en ce qui concerne les Coupes du monde de la FIFA de 2026 et 2030" .


Dans son dernier communiqué paru jeudi, le Ministère de la Confédération en Suisse nommait explicitement Jérôme Valcke et Nasser Al-Khelaïfi lors de l'ouverture d'une enquête pour soupçons de corruption, escroquerie et gestion déloyale.

Le président du Paris Saint-Germain, qui est également à la tête des chaînes BeIN Sports, aurait ainsi obtenu les droits télévisés de plusieurs Coupes du Monde à venir grâce à des faveurs. Des accusations auxquelles avait immédiatement répondu le dirigeant de l'écurie francilienne.

Valcke au créneau


Et aujourd'hui, c'est au tour de l'ancien secrétaire général de la FIFA de sortir du silence. Interrogé dans L'Equipe, le Français s'est défendu bec et ongles, et a même blanchi le Qatari. Affaire à suivre...


"Il s’agit d’une nouvelle plainte de la FIFA et il n’y a aucune réalité dans cette plainte. Je réfute les accusations à mon encontre ou celle de Nasser. On m'a demandé de répondre à des questions à la suite d'une plainte supplémentaire de la Fifa contre moi. La Fifa, semble-t-il, a le souhait féroce et ardent de me mettre sous terre, si elle ne l'a pas déjà fait.

Il n’y a jamais eu aucun avantage donné par Nasser Al-Khelaïfi, que je souhaite dédouaner, pour l’octroi de quelconques droits télévisés. Ils disent qu'il y a eu des versements d'argent de Nasser à moi contre la vente de droits à un tarif présidentiel. Mais je n'ai rien reçu de Nasser. Il n'y a jamais eu d'échange entre Nasser et moi. Jamais.

*Tout ce qui concerne la négociation de droits télé a toujours été fait par le département concerné et la décision finale était toujours dans les mains de la commission des finances et du comité exécutif de la Fifa. Ce n'était pas mon choix, ma décision ou mon pouvoir de faire ce genre de transaction sans que cela soit validé. Je n’ai jamais caché quoi que ce soit de mes activités à la FIFA".

​​