Interrogé après le succès des siens face au Celtic Glasgow, Nasser Al-Khelaïfi a donné son avis sur les propos tenus à l'encontre du Paris Saint-Germain par Jean-Michel Aulas.


Quand un budget d'un club est cinq fois supérieur à celui du 2e dans une compétition, ou 10-12 fois supérieur à la moyenne des clubs de cette compétition, il faut se poser des questions sur comment trouver des solutions, sans pénaliser personne. Il faut faire en sorte que les investissements faits par les clubs soient des investissements sous forme de fonds propres et non pas de participation sous formes de subventions, qu'elles soient d'Etats ou d'organismes qui ne sont pas directement des investisseurs dans le football.

Pour le Paris Saint-Germain, il y a dû avoir un certain nombre de plaintes directes de clubs ou de Bruxelles, je ne sais pas. C'est logique qu'il y ait enquête et on verra bien ce qu'il va en ressortir. Même si c'est vrai que d'un autre côté, l'arrivée des meilleurs joueurs à Paris facilite aussi beaucoup l'ensemble de la Ligue 1.


Par ce discours prononcé lors de la dernière assemblée générale de l'Association des clubs européens (ECA) la semaine dernière à Genève, Jean-Michel Aulas continuait inlassablement sa campagne à l'encontre du Paris Saint-Germain.

Une énième attaque frontale envers le club de la capitale, contre lequel le président de l'Olympique lyonnais semble avoir une dent depuis le dernier mercato estival, multipliant les sorties médiatiques. 


En parallèle pourtant, le patron des Gones ne cesse de louer les qualités collectives et individuelles de l'écurie francilienne sur Twitter, qu'il a encore félicitée mardi soir après son large succès sur la pelouse du Celtic Glasgow, en Ligue des Champions (5-0).

La vérité du terrain


Une communication assez incompréhensible, qui a au moins le mérite de lancer les débats avant le choc à venir entre les deux écuries, dimanche soir, pour la rencontre au sommet de la sixième journée de Ligue 1.

De son côté, au moment d'évoquer le futur adversaire de ses protégés en zone-mixte, Nasser Al-Khelaïfi a tout simplement snobé son homologue rhodanien. Ambiance !


"Il y a une certaine pression délivrée par les autres clubs, mais je ne pense pas que l’UEFA sera influencée par ces pressions parce que c’est une instance mature et professionnelle. Nous respectons toutes les règles. On fait notre travail sur le terrain, et c'est le plus important. Ce soir, on a fait un très bon match, surtout en première période. C'est un match magnifique, ça l'est aussi de commencer comme ça la C1.

C'est la meilleure chose qu'on pouvait faire. Je suis très content, maintenant nous avons un match important qui nous attend dimanche, contre l'Olympique lyonnais, et il faudra prendre les trois points. Quant à Jean-Michel Aulas, non, franchement, ce qu’il dit ou ne dit pas... Honnêtement, je ne l’écoute même pas".