​Si on critique souvent l'apport des qataris au PSG, le président des Girondins de Bordeaux estime qu'il faut surtout en vouloir à Monaco.


Nicolas de Tavernost était l'invité de Team Duga sur RMC ce mardi et il a réagi à la récente polémique lancée par Jean-Michel Aulas sur le PSG. L'homme fort des Girondins de Bordeaux n'est pas rentré dans le jeu du président lyonnais mais a préféré rappelé son point de vue vis-à-vis de l'AS Monaco.


"On ne peut pas avoir un discours à géométrie variable. Quand les Qataris sont arrivés dans le football, on savait bien ce qu’il allait se passer. On savait qu’il y aurait des investissements massifs de faits. Ils ne sont pas là pour jouer le bas de classement. Moi personnellement, j’ai plus de problèmes avec Monaco sur les lois sociales et fiscales, ce qui nous met dans une inégalité de traitement plus importante. Je ne sais pas si vous vous rappelez, j’ai perdu un entraineur, Ricardo, qui gagnait en net ce qu’on pouvait lui proposer en brut"

Le président des Girondins de Bordeaux conclut en expliquant qu'il s'est trouvé bien seul à essayer de traiter le problème de Monaco et de ses avantages fiscaux.


 "Je pense qu’on a été bien seuls à traiter ce problème, souvenez-vous de l’accord avec la LFP sur les 50 millions et sur la proposition de la Ligue 1 à 18 clubs. Donc ça ne sert pas à grand-chose de critiquer le PSG aujourd’hui. Je ne suis pas là pour juger et dire si les règles sont respectées, il y a des instances pour ça."