​Pourtant annoncé comme recrue de dernière minute dans ce mercato estival, William Vainqueur n'a visiblement pas apprécié le désistement inattendu de l'Olympique de Marseille.


Les dernières heures ont été intenses, mais l'Olympique de Marseille est tout de même parvenu à s'attacher les services d'un nouveau numéro 9 lors de ce mercato. Avec l'arrivée de Kostas Mitroglou, la direction phocéenne s'est offerte - en plus d'un renfort de poids dans le secteur offensif - un peu de répit avec ses supporters,pour la plupart très énervés de voir le dossier de l'attaquant mettre autant de temps à être bouclé.

Pourtant, pour beaucoup encore, ce marché estival a un goût prononcé de déception. Notamment au milieu de terrain, où en dépit de la venue de Luiz Gustavo - sans doute la recrue phare de l'OM - un autre joueur était encore attendu : William Vainqueur. Prêté par l'AS Rome lors du précédent exercice, le Français avait disputé pas moins d 33 rencontres toutes compétitions confondues, en laissant un excellent souvenir aux fans, qui souhaitaient pour la plupart son retour sur la Canebière.

Rendez-vous manqué


Il n'en sera hélas rien. Visiblement, aucun accord n'a été trouvé entre les deux parties, alors que les négociations paraissaient bien engagées dans les derniers jours. C'est en tout cas l'impression que donne le dernier Tweet posté par... William Vainqueur en personne.

Apparemment très déçu de la tournure des événements, l'ancien Nantais s'est fendu d'un amer "Après l’heure, c’est plus l’heure… #paroles #paroles #paroles" sur son compte officiel. À n'en pas douter, le joueur de 28 ans en veut à quelqu'un. Et selon toute vraisemblance, c'est contre l'Olympique de Marseille qu'il dirige sa rancoeur.

Selon une information relayé par RMC, qui a depuis contacté un correspondant dans la cité Phocéenne, Florent Germain,l milieu défensif avait reçu "certains signaux qui ont fait qu'il y a cru jusqu'au bout, d'où ce message en forme de tacle". Le club phocéen a bien contacté la Louve, sans qu'une offre chiffrée n'arrive sur ses bureaux.