Pleinement lancés dans la course au recrutement de Kylian Mbappé, Arsène Wenger et Arsenal pourraient tenter une deuxième offre pour finir de convaincre l'AS Monaco.​


"Le futur, je n'y pense pas en ce moment. Je suis concentré sur la sélection avant tout. Comme je l’ai dit, il y a énormément de temps pour réfléchir à tout ça. Mais là, on a trois matchs importants et je ferai le point après la sélection. D'autant que l’avis de mon sélectionneur compte, mais s'il ne guidera pas mon choix. Comme je l’ai dit, j’aurai le temps de réfléchir à tout ça. Maintenant, ça ne me fait pas plus peur que ça de partir".


Interrogé la semaine passée quant à son avenir au sein de l'AS Monaco alors qu'il était en plein rassemblement avec l'Équipe de France, Kylian Mbappé avait cette fois-ci été bien moins catégorique que lors de ses précédentes allocutions.

Il faut dire qu'à l'heure où le mercato estival commence à s'agiter, son nom revient irrémédiablement dans les colonnes de la presse européenne. Et si jusque-là, le jeune international français était surtout assimilé au Paris Saint-Germain et au Real Madrid, un nouveau candidat s'était immiscé dans la course à la signature de la pépite asémiste.

Motivés comme jamais


Un des ses plus vieux prétendants, à vrai dire, tant Arsenal - enfin, plutôt Arsène Wenger - avait déjà jeté son dévolu sur le jeune talent tricolore, comme le reconnaissait dernièrement le technicien alsacien, qui suit l'ailier de 18 ans depuis quelques années maintenant.


"Kylian Mbappé pourra vous dire que j'étais chez lui l'année dernière pour essayer de l'avoir ici, à Arsenal, parce qu'il était en fin de contrat, mais Monaco a réussi à le garder et la décision a été très, très serrée. Mais je pouvais bien le comprendre aussi parce qu'il a été éduqué là-bas, et à la fin il a décidé d'y rester. Maintenant, il est déjà dans la catégorie du dessus, celle des clubs qui ont encore plus de potentiel financier que nous."


Un discours qui ne pouvait donc pas laisser présager l'offre pharaonique que s'apprête à formuler la direction des Gunners. Selon L'Équipe, l'écurie londonienne a adressé dans un premier temps un chèque de 100 millions d'euros à son homologue de la Principauté.

Un montant qui prouve les nouvelles ambitions de la hiérarchie de l'écurie londonienne, bien décidée à passer la vitesse supérieure en matière de recrutement. Et comme cela n'a pas suffit, The Sun fait désormais état d'une seconde proposition à 114 millions, accompagnée d'Olivier Giroud, pour faire un peu plus pencher la balance. Affaire à suivre.

​​